CLIENT MYSTERE : PORTRAIT ROBOT

Il est toujours instructif de connaître l'environnement dans lequel on évolue. S'agissant des visites clients mystères, il me semble pertinent de pouvoir dresser le portrait robot du client mystère.

Qu'en est il réellement? Il est difficile de définir avec précision un profil type du client mystère tant les scénarios d'enquête peuvent être variés : de « l'ado » parisien au bon père de famille de province, en passant par le retraité ou la femme branchée mode... Tous les profils sociologiques peuvent être mobilisés.
Les missions sont de plus en plus variées et concernent des secteurs de plus en plus vastes. Les sociétés d'étude souhaitent ainsi élargir au maximum leur panel afin de pouvoir disposer à tout moment des profils les plus adéquats.

La difficulté est bien là. Entre les candidats clients mystères potentiels existants dans les bases des agences et les profils réellement mobilisés pour les missions, il existe une différence.

Cependant on peut tout de même dégager une tendance. Les clients mystères seraient essentiellement des femmes (70 à 80 % des « mystery shoppers »), âgées de 30 à 55 ans, et ayant mis un temps leur activité professionnelle entre parenthèses.