Le client mystère : pour rire

En juin j'avais déjà diffusé quelques belles bourdes de services clients de grandes sociétés reprises dans un article publié par le site L'Entreprise. Je renouvelle l'opération en vous délivrant de la relation client de haute voltige. Accrochez vos ceintures, c'est du lourd...

1- Laver son linge en publicLa scène se déroule chez Vivarte.

La standardiste n'énonce que des formules courtes, neutres et bien peu conviviales du type « Allo ! » sans même énoncer le nom de l'entreprise.
Quand le client mystère demande s'il existe une carte de fidélité, la réponse est :
- Non ! ça nous a gavé, on ne fait plus ce genre de choses !

Un autre bel exemple avec cet e-mail signé Etam.com qui met en cause les commerciaux de la marque à mots couverts : « Nous transférons votre e-mail au service commercial Etam lingerie, en espérant qu'ils vous répondront rapidement ». Plus fort, le cas de la standardiste qui conseille d'aller voir directement la concurrence, comme chez Chronopost : « Y'en a d'autres tout aussi efficaces vous savez : DHL, UPS ». Puisque vous le dites...

2- Et la politesse bordel!
La scène se déroule chez Midas :
Standard : Midas, bonjour !

Client : Bonjour ! Je souhaite connaître l'adresse postale de votre service clients, SVP.

Standard : Je sais pas ! Et la standardiste raccroche.

3- Moi comprendre français très beaucoupChez Vente-privée.com, on ne sait plus ce qu'est une adresse postale !

Standard : Vente Privée, bonjour !

Client : Bonjour. Je souhaite connaître votre adresse postale.

Standard : Nous n'avons pas d'adresse postale !

Client : Comment ça ?

Standard : Nous avons juste rue... (et l'hôtesse cite l'adresse).

Client : Mais c'est une adresse postale.

Standard : Ha... bon !